Examen pratique SAAQ : 10 conseils et astuces à retenir

Share on email
Share on whatsapp
Share on facebook
Share on twitter

L’examen pratique sur route est la dernière étape avant l’obtention de votre permis probatoire. Après un an d’apprentissage, il serait dommage de passer à côté de ce précieux sésame. Voici les 10 conseils et astuces de nos moniteurs à retenir pour votre passage à l’examen.

Vous avez besoin d’heures de conduite avec un moniteur pour vous préparer à l’examen pratique? Réservez en ligne

Vous avez votre date d’examen et vous souhaitez louer une voiture pour votre examen pratique à la SAAQ d’Henri Bourassa? Louez un véhicule double pédale aux normes de la SAAQ. Réservez en ligne

1. L'Installation dans le véhicule

Pour une bonne entrée en matière de votre examen pratique, voici différents réglages relatifs à l’installation du poste de conduite que vous devez suivre :

  1. Faire un tour de vérification extérieure du véhicule avant d’y rentrer;
  2. Régler sa position de conduite en commençant par régler le siège. La jambe droite (accélérateur) devant être légèrement fléchie;
  3. Régler ses rétroviseurs (intérieur et extérieurs) qui doivent offrir une visibilité optimale vers l’arrière du véhicule;
  4. Régler son volant, son dossier et sa ceinture de sécurité, qui doit passer en trois points du corps de l’usager et ne doit pas être vrillée.
  5. Porter des chaussures adéquates. 

2. Adaptez votre vitesse

Attention à votre vitesse! Adapter son allure consiste à augmenter, baisser ou stabiliser l’allure suivant la situation. Il est important de tenir compte de la limitation de vitesse, de l’environnement et de la visibilité. 4 cas de figure sont possibles :

  1. L’environnement est clair et vous avez une bonne visibilité. Vous pouvez maintenir votre vitesse voire accélérer jusqu’à la vitesse maximale autorisée.
     
  2. L’environnement est clair mais vous n’avez pas une bonne visibilité. Vous devez ralentir, c’est-à-dire cesser d’accélérer. Mettez votre pied devant le frein pour anticiper tout besoin de freinage.
     
  3. L’environnement n’est pas clair mais vous avez une bonne visibilité. Vous devez aussi ralentir et cesser d’accélérer. Mettez votre pied devant le frein pour anticiper tout besoin de freinage.
     
  4. L’environnement n’est pas clair et vous n’avez pas une bonne visibilité. Vous freinez jusqu’à adopter une allure au pas si nécessaire en réduisant votre vitesse.

D’une manière générale, si vous ne devez vous rappeler que d’une seule chose : si vous avez un doute ou une hésitation, mettez le pied devant le frein. La voiture ralentira et vous aurez le temps de réfléchir.

3. N'oubliez pas vos angles morts

Les angles morts sont les parties de la route qui ne sont pas couvertes par les rétroviseurs et les vitres d’un véhicule, empêchant ainsi le conducteur de bien voir la présence des autres usagers. Vérifier l’angle mort nécessite que le conducteur tourne son buste pour le contrôler directement.

Quand vérifier un angle mort? Par exemple, avant :

  • de changer de voie,
  • de vous insérer dans la circulation (notamment en entrant sur une voie rapide),
  • de tourner à une intersection,
  • de faire marche arrière,
  • de quitter un espace de stationnement,
  • d’ouvrir votre portière.

En fonction de la situation, ce contrôle visuel viendra renforcer ceux effectués depuis le pare-brise, les rétroviseurs et à travers les vitres. Cette action doit être aussi rapide qu’efficace, car le conducteur ne dispose que de quelques secondes d’attention avant de prendre la décision d’effectuer une manœuvre. La prudence reste donc de mise, surtout pour les jeunes conducteurs.

4. Les oublis ou maladresses

Oublier son clignotant avant de tourner ne signifie pas que vous allez échouer à l’examen. Caler en démarrant (si vous êtes sur une boîte manuelle) au feu non plus, si cela arrive une fois. En revanche si tous vos démarrages sont laborieux et que vous commettez des imprudences, ce qui n’était au départ qu’une petite erreur au permis de conduire, pourrait devenir une faute éliminatoire.

Attention aussi à bien respecter le Code de la route, et notamment à bien faire un arrêt complet au panneau d’arrêt (les quatre pneus immobiles sur la chaussée).

5. Attention aux lumières jaunes

Ne pas respecter un feu rouge ou un stop est une erreur éliminatoire le jour de l’épreuve de conduite de la SAAQ, mais n’oubliez pas qu’il faut aussi s’arrêter à la lumière jaune du feu. Le compte à rebours du passage pour piétons peut être un indicateur intéressant quant à la proximité du passage vers le jaune.

En effet, plus le décompte se rapproche de 0, plus vous devez ralentir pour éviter les mauvaises surprises et échouer à votre examen.

6. Emprunter la bonne voie pour tourner

En effectuant un virage, il est primordial de se positionner dans la bonne voie avant de tourner, mais il est tout aussi important d’emprunter la bonne voie en intégrant la route sur laquelle vous souhaitez vous engager. En effet, il faut toujours tourner sur la  1ère voie possible sauf s’il y a une présence de voie réservée ou un obstacle empêchant la bonne circulation.

7. Respectez les distances de sécurité

Les distances de sécurité ont pour but d’éviter les accidents en laissant au conducteur le temps de freiner, ralentir, ou prendre une décision adaptée face à une situation imprévue. Ne pas les prendre en compte revient à commettre une erreur éliminatoire à l’examen de la SAAQ. 

8. Autobus scolaire arrêt obligatoire

Lorsque les feux rouges intermittents clignotent et que les panneaux d’arrêt sont déployés sur les côtés, vous devez faire un arrêt complet et immédiat, et cela, que vous suiviez l’autobus scolaire ou que vous le croisiez. La distance d’arrêt entre vous et l’autobus est d’un minimum de 5 mètres. Cela permet aux écoliers de traverser la rue pour prendre leur autobus ou rentrer chez eux.

Vous ne pouvez repartir que lorsque le chauffeur de l’autobus a éteint les feux rouges intermittents et que le panneau d’arrêt a été replié. Cette règle ne s’applique pas lorsqu’un terre-plein ou séparation physique (pelouse, barrière…) vous sépare de l’autobus scolaire. Ne pas s’arrêter, dans un sens et dans l’autre, lorsque les feux rouges intermittents clignotent est l’une des infractions les plus sévèrement punies.

9. Soyez attentif à la signalisation

Au Québec, au Canada et aux États-Unis, les feux tricolores, ou plus communément appelés « lumières », se trouvent de l’autre côté du croisement et non pas à la ligne d’arrêt… devant le capot de votre auto. Mieux vaut le savoir afin ne pas vous arrêter au pied de ces feux, ce qui voudrait dire que vous avez déjà traversé le carrefour. Pour vous et pour les autres usagers de la route, ce serait déjà trop tard!

Le virage à droite au feu rouge. Le virage à droite au feu rouge est permis au Québec, sauf aux intersections où la signalisation l’interdit et sur l’ensemble de l’île de Montréal. Vérifiez toujours la signalisation qui se trouve sur le feu en question. Dans certains cas, elle précise à quelle heure vous avez le droit de tourner à droite ou si vous n’avez pas le droit de le faire.

Quand le virage à droite est permis, vous devez arrêter votre véhicule, exactement comme à un panneau d’arrêt, et vous assurer que vous pouvez tourner en toute sécurité avant de le faire.

Feu vert clignotant ou avec une flèche verte, clignotante ou non, ceci est un signal de virage protégé. Ce type de feu est courant au Québec. Quand il clignote ou qu’il montre une flèche verte, cela indique que vous avez la priorité de passage pour tourner à gauche. Les autres véhicules qui se trouvent de l’autre côté du carrefour n’ont pas le droit d’avancer, car leur feu est rouge. 

Virage à gauche : Attention! On tourne DEVANT l’auto qui se trouve de l’autre côté.

Autre chose qui pourrait vous surprendre : lors d’un virage à gauche à une intersection, si des voitures qui sont en face de vous tournent également à gauche, il faut tourner devant ces véhicules – et non pas tourner derrière, comme on le fait en Europe, en Asie et en Afrique.

Interdiction de tourner à gauche. Vous pouvez parfois rencontrer deux signalisations qui veulent dire la même chose pour l’interdiction de tourner à gauche, notamment à Montréal.

10. Le manque de confiance en soi

Lors de votre examen, l’examinateur évalue différents éléments :

  • votre respect des règles de conduite
  • votre conscience des risques
  • votre maîtrise du véhicule.

Mais il juge aussi votre aptitude à prendre des décisions de manière autonome. Un manque d’assurance momentané sera considéré comme une petite erreur au permis de conduire. S’il est récurrent, il pourra devenir éliminatoire. Soyez donc prudents, mais sûr de vous.

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre examen! Préparez-vous avec un moniteur qui vous donnera les conseils utiles et erreurs à ne pas faire selon les attentes de la SAAQ.

Vous passez bientôt votre examen pratique?

Préparez-vous et maximisez vos chances de réussite!

Choisissez notre formule d’accompagnement comprenant :

  • 3h de conduite avec un moniteur expérimenté incluant la pratique du parcours de votre examen;
  • Location de voiture double-pédale conforme aux normes de la SAAQ pour passer votre examen pratique au centre d’examen Henri-Bourassa.